Animateurs d’ateliers d’écriture : comment élaborer une proposition d’écriture ?


Animateurs d’ateliers d’écriture,

comment élaborer une proposition d’écriture ?

Elaborer une proposition d’écriture relève sans doute d’une certaine faculté à improviser et d’une bonne habileté à manier le verbe. Mais cela est-il suffisant pour provoquer le déclic suscitant le passage à l’écriture ? Et pour passionner son public ?

L’animateur n’a-t-il pas aussi besoin de recueillir des idées dans les livres et les magazines littéraires, dans les journaux et même dans les conversations ? Ne doit-il pas questionner en permanence notre existence dans le monde pour se renouveler et faire perdurer son atelier dans le temps ?

Le choix des propositions d’écriture n’est pas anodin, c’est-à-dire qu’il correspond, à mon sens, à nos propres sensibilités ou idéologies et à notre rapport personnel à l’autre et à l’écriture.

Il est le reflet de nos propres interrogations sur la société, sur nos joies et nos douleurs, nos incompréhensions et nos doutes.

Chaque proposition est une partie de nous-mêmes que l’on soumet aux différentes réceptivités. Ce qui représente toutes sortes de difficultés et différents efforts d’auto-analyse et d’adaptation aux publics.

Béatrice Monge centre d'Accompagnement en français

Animateurs d’ateliers d’écriture, comment élaborer une proposition d’écriture ?

Consciente de ces obstacles, je renouvelle quotidiennement les propositions, remodèle les sujets et entre peu à peu dans les genres littéraires, aussi bien ceux en vers que ceux en prose. Parcours initiatique dont je retire un enseignement qui sera par la suite, je l’espère, profitable à chacun.

Les champs d’interrogation qui éveillent l’envie de s’exprimer (expression de soi, imaginaire, rapport au monde et contraintes liées au langage) me servent d’appui pour confectionner mes premières consignes avec toutefois une légère tendance à délaisser les contraintes trop formelles afin de ne pas brusquer les participants en quête d’expression.

« L’ouverture doit rassembler, dans la continuité des lectures et discours sur le thème, l’ensemble des éléments nécessaires à l’embarquement de chacun dans l’écriture [1] ». Elle doit ouvrir au maximum le champ des possibilités en permettant à chacun de se situer.

La situation à vivre doit être bien précisé, les textes qui l’accompagnent doivent correctement l’illustrer et comporter un certain nombre de questions qui susciteront le désir d’écrire et de mettre en mots et en couleurs des pensées et des visions.

telechargement-5

Animation d’atelier d’écriture, un joli métier !

Je trouve également appréciable que dans l’atelier un temps soit consacré à la présentation et à la lecture d’extraits de livres. Ceci afin de stimuler la pensée de l’écrivant grâce à la pensée des autres et de favoriser des rencontres incitant à la lecture.

Tout comme François Bon, je pense que « les ateliers d’écriture sont des relais actifs de la lecture des œuvres contemporaines ». Pour cela, je prospecte dans la littérature romanesque et poétique espérant qu’elle me livrera en partie ses secrets. Je me transforme en exploratrice littéraire. Tout m’intéresse : les auteurs classiques, les contemporains et les jeunes auteurs avec toutefois une préférence pour la littérature du XXe siècle. Je l’interroge, la compulse, écoute son écho, recherche son essence et tente de percer son sens.

Qu’est-ce que je cherche ?  Une vision, un rythme, des mots qui se graveront durablement dans mon esprit, une pensée qui n’est pas mienne, que j’aurai bien voulu mienne. Des histoires d’ailleurs, de dedans et de dehors. Des pays imaginaires, des mythologies personnelles.

Les livres de ma vie. Les auteurs de ma vie. Ceux dont j’aurai envie de parler en atelier. Ceux que j’aurai envie de faire découvrir ou re-découvrir.

Qu’est-ce que je trouve ? Des écrivains aux idées singulières, aux expériences secrètes, aux écrits quelquefois inoubliables, des rencontres littéraires essentielles ou mineures. Des livres que je referme déçue ou bien enchantée. Des livres dont j’extrais des fragments, des passages, des moments de vie humaine.

 

Ateliers d'écriture à Vic la Gardiole

Lire pour se nourrir !

Parfois la première phrase ou les premières lignes de certains d’entre eux, par leur force d’éveil ou leur intrigue retiennent mon attention. D’autres fois, je décèle dès les premières pages un sujet majeur, une atmosphère, un questionnement porteur d’une ou plusieurs ouvertures ou des éléments sources de jeux poétiques ou d’exercices créatifs.

Ainsi, se construisent peu à peu mes propositions d’écriture.

[1] Alain ANDRE, Babel heureuse : L’atelier au service de la création littéraire, Syros, 1989, p. 42-43.

[2] François BON, Tous les mots sont adultes, Fayard, 2000,  p. 8.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s