MON REVE

Mon rêve est en peinture

Il est en couleur étalée et dorée.

Le désert est là

Sur fond bleuté.

Guirled en vente sur Amazon
Mon rêve est en peinture

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Mon rêve est en peinture

Il est en couleur étalée et dorée.

Le désert est là

Sur fond bleuté.

 

Mon rêve est en poésie

En lettres peintes et traces écrites

Riant, amer, le mot est là

dans l’espace de mon bras.

 

Mon rêve est en paix

Il s’endort quand je suis agitée

Il emporte les saveurs réprimées

Du mouvement de mes pensées.

 

Mon rêve est en prison

Dans le labyrinthe il est enfermé

Dans mon sommeil il est encerclé

Dans ma vie il est emmuré.

 

Réveille-toi

Je t’invite à m’accompagner

dans le  paysage désolé

de mes rêves empourprés.

 

Ecrit par Béatrice Monge

Pour lire un autre de mes poèmes, cliquez ici

sdr
Mon rêve est en poésie !
Publicités

Comment donner le goût de la lecture à son enfant ?

Comment donner le goût de la lecture à son enfant ?

Pour donner le goût de la lecture à votre enfant, ne faudrait-il pas remplir ses bibliothèques de livres, comme ci-dessous :

Béatrice Monge animatrice d'ateliers d'écriture à Montpellier
Avoir des livres chez soi pour partager des moments de culture entre petits et grands.

Pour accompagner votre enfant, petit ou grand,

dans un processus de lecture, comment faudrait-il s’y prendre ?


Le fait de lui faire faire ses devoirs n’est pas toujours suffisant pour qu’il comprenne les leçons et qu’il ait envie d’apprendre et de se cultiver, de lire les livres de son programme, et au-delà, de lire en général.

L’objectif est de lui donner envie de lire le plus possible en choisissant s’il est réfractaire, des petits textes faciles.. et dont le sujet lui plaît. Le principal est de l’accompagner dans le plaisir de lire, et cela dès les premiers mois de sa vie !!


Voici mes recommandations pour donner le goût de lire à votre enfant :

Lui proposer un choix varié de livres qui s’adressent à l’imaginaire, illustré, en plastique, ludiques (devinettes, jeux dans le livre), bandes dessinées, magazines et journaux pour enfants.

  • Ne pas le contraindre à lire ou lui imposer un rythme
  • et ne pas l’obliger à rendre compte de sa lecture.

Les enfants doivent découvrir leurs propres motivations. Cela signifie qu’ils doivent commencer par une rencontre cruciale avec un livre, qui s’adresse à eux intensément.


Cours à distance via Skype
Je travaille dans toute La France et avec les pays francophones.

Pour un jeune collégien ou lycéen qui pense avoir des difficultés avec le français à l’école,

l’étude de cette langue et des genres littéraires n’est pas toujours agréable.

Nous, les parents et les enseignants, devons alors lui apprendre à lire les oeuvres des écrivains et des petits et grands classiques en prenant le temps de lui expliciter l’intérêt de cet apprentissage, car s’il appréhende la vie de nos prédécesseurs, il comprendra l’intérêt de l’écriture, de la lecture et aussi sa propre vie.

Pour résumer :

Notre rôle de pédagogue est de développer les capacités  de notre enfant à apprendre, à découvrir et à  inventer afin qu’il puisse étendre au maximum ses capacités d’auto-construction.

 

Pour en savoir plus :

  1. L’enfant lecteur – tout pour faire aimer les livres – coll Autrement
  2. Morphologie du conte. V. propp. Coll : points – Seuil
  3. La psychologie de l’enfant –  Jean Piaget
  4. Alice au pays du langage -M. Yaguello – (relations jeux poétiques et syntaxe) – Seuil

Le peintre et la paire de jumelles – poème en prose

Déposée dans un champ de betteraves en fleurs

la paire de jumelles

les yeux grands ouverts, globulaires

fixe la toile du peintre.

 

Le peintre est là, devant sa toile

il a fixé le jaune et le vert

il a tracé le champ et les betteraves

mais pas la paire de jumelles.

 

Le peintre tend la main

il veut saisir la paire de jumelles

mais elle se débat, elle saute sous ses yeux,

par petits bonds, d’un oeil à l’autre.

 

Elle ne veut pas quitter le champ

le jaune,  le vert, le soleil, la chaleur

elle veut vivre libre dans les parfums des fleurs

sans le peintre et sans son tableau.

 

Le peintre a un ciseau dans sa main gauche

il transperce la toile

en éclats de jaune et de vert

de champs et de betteraves.

 

Plus rien ne subsiste du tableau

Il n’y a plus que des lambeaux.

Le peintre a crié de douleur

le ciseau est tombé sur la paire de jumelles.

 

Ecrit par Béatrice Monge le 29 juin 2017

 

 

 

Le clandestin – poème en prose

Son abri, il l’avait confectionné sur la plage

loin des curieux, face à la mer.

Il avait assemblé des cartons, taillé des piquets

et regroupé des branches et tôles ondulées.

 

Les pêcheurs s’étaient habitués à lui

ils disaient entre eux que c’était un clandestin

 qui avait déjoué les contrôles

et avait survécu à la traversée de la méditerranée .

 

Moi je pensais que c’était un aventurier

je l’avais croisé un jour au marché

il y déambulait toute la journée

ses yeux noirs avaient glissé.

 

Depuis je le pistais

Chaque jour, il allait dans le village

ramassait les fruits tombés de l’étal

et le soir s’asseyait dans son abri face à la mer.

 

Sa peau était très noire, encore plus que la mienne,

Il était du sud, de la brousse,

Les gens s’écartaient, quand de loin, ils l’apercevaient

ici on n’aimait pas les africains.

 

Moi j’enviais sa liberté

ses bains, ses vagues

la banane qu’il épluchait, le poisson qu’il cuisait

Son silence face à la mer.

 

Un matin, il souriait au vent

deux hommes sont descendus de la dune

des militaires en treillis vert.

J’ai vu et entendu.

 

J’ai vu le coup de pied dans les cartons,

les branches et les tôles jetées au loin

j’ai vu la corde qui a servi à attacher ses pieds

et les pêcheurs qui se cachaient.

 

J’ai entendu le coup dans le dos

le cliquetis de la serrure, des menottes

la marche sur la plage entre les volutes de sable.

Puis je n’ai plus rien vu ni entendu.

 

Ecrit par Béatrice Monge (tout droit de reproduction est interdit sans mon consentement. Merci)

 

 

 

 

 

 

 

Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline, les thèmes développés

Au sortir de la guerre, de Gaulle s’interrogeait : de nos jours, le machinisme domine l’univers. De là s’élève le grand débat du siècle : la classe ouvrière sera-t-elle victime ou bénéficiaire du progrès mécanique en cours ?

Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline, les thèmes développés.


Les thèmes développés par L.F Céline sont de plusieurs ordres.

La plupart de ces thèmes sont toujours d’actualité comme nous pouvons le constater ci-dessous : le machinisme, le colonialisme, le taylorisme, l’interrogation sur la place de l’Homme au sein de l’économie ou la rugosité d’un système social qui broie et avilit les couches inférieures.


Au sortir de la guerre, De Gaulle s’interrogeait : de nos jours, le machinisme domine l’univers. De là s’élève le grand débat du siècle : la classe ouvrière sera-t-elle victime ou bénéficiaire du progrès mécanique en cours ?

La parcellisation du travail due à l’application du taylorisme vidait un certain nombre de métiers de leur sens, entraînant une véritable crise d’identité.

De nos jours, les nouvelles technologies de communication ont à nouveau révolutionné le monde du travail de sorte que la question du Général reste d’actualité.

De plus, la tyrannie de l’objectif à atteindre au sein des entreprises, l’éloge de la flexibilité et la menace de la précarité renforcent l’interrogation sur la place de l’Homme au sein de l’économie.

celine-louis-ferdinand
Louis Ferdinand Destouches

La voix dissidente de nombreux artistes dont Louis Ferdinand Céline s’est élevé pour éveiller les consciences.

Comment a-t fait-elle perdurer les valeurs humanistes ?

Il convient ici d’observer que les oeuvres de L.F Céline sont celles d‘un auteur soucieux de nous exposer le monde. Ce souci est celui d’un homme qui s’est heurté au fracas du monde et ne pense qu’à le retranscrire. Le monde mutait en permanence, s’avilissait sans cesse et ces oeuvres en étaient le compte-rendu.

Ainsi à l’image de Montaigne, Céline usait de la satire afin de faire émerger de son récit autant de réflexions sur l’Homme en mettant en scène un narrateur doté d’un sens aigu de l’observation et de la satire comme dans « Des coches ».

Il s’agit là d’une dimension didactique qui révèle la fonction essentielle de ces romans, celle de dévoiler. La part personnelle liée aux expériences de Bardamu (voyage au bout de la nuit) rencontre une part plus universelle, celle des considérations générales et philosophiques qu’il expose.

L.F Céline retranscrit le poids de la hiérarchie, accablante et humiliante. A travers différentes expériences, Bardamu constate les disparités existantes entre les groupes sociaux illustrant la rigidité, voire la rugosité d’un système social qui broie et avilit les couches inférieures de cette organisation comme les dominants.

C’est le cas lors de son séjour en Afrique où comme nous l’avons rappelé l’organisation coloniale est une transposition du système social occidental avec le directeur de la compagnie et le Gouverneur placés en haut de la pyramide sociale intégrant à sa base les marginaux comme Bardamu, Robinson et les indigènes.

C’est le cas également à Détroit lorsque Bardamu travaille à l’usine dans des conditions épouvantables. Partout règne la misère et partout il est face à des supérieurs méprisants, avilis en Afrique: « Ce ne fut pas une réception enchantée qu’il me réserva le Directeur ».

Ce maniaque-il faut l’appeler par son nom-habitait non loin du Gouvernement ou encore plus tard au moment de la visite médicale chez Ford lorsque le médecin lui précise: « Nous n’avons pas besoin d’imaginatifs dans notre usine. C’est de chimpanzés dont nous avons besoin…».

Pour autant il semble que chez Céline, ce soit bien la nature invariante de l’homme, ses instincts qui sont à mettre en cause et non le conditionnement qu’il subirait de la part de tel ou tel groupe social, ainsi dans les colonies, certains noirs dépourvus de tout sentiment de classe s’affranchissent de leur base et en cela entérinent la cruauté d’un système fondé sur l’exploitation: « Mais les plus dégourdis, les plus contaminés, devenaient des commis de magasin.

En boutique, on les reconnaissait les commis nègres à ce qu’ils engueulaient passionnément les autres Noirs. ».

Ce dernier point permet à Céline d’accentuer la pesanteur d’un système pernicieux et pourtant inaliénable tant ses fruits viciés répondent aux bas instincts de l’homme.


Pour en savoir plus, me contacter par mail ou sur ma page de contact !!

L’art de la caricature

L’art de la caricature

Dans le prolongement du cours sur le registre satirique, voici quelques exemples de caricatures et un questionnement sur la censure de la caricature, d’où le titre L’art de la caricature !

Cours de français à distance sur la caricature
Honoré Daumier

Gargantua est une lithographie ‘‘d’Honoré Daumier (1808-1879) », parue le 15 décembre 1831, dans le journal La Caricature.

Cette lithographie est une caricature représentant le roi Louis-Philippe.

Ridiculisé, avec sa tête en forme de poire, sa bedaine et ses rouflaquettes, le monarque avale des sacs d’or prélevés en imposant le peuple, tout en rétribuant ses sbires de pièces qui s’en échappent, puis les défèque en titres (nomination de pair, brevet de la légion) et décorations au profit de la classe privilégiée, depuis la chaise percée sur laquelle il est assis.

Né au début du XIXe siècle comme les romanciers et poètes Victor Hugo qui était le plus populaire des écrivains de  son époque (1802-1885) (Notre Dame de Paris, 1831) et Gérard de Nerval, Honoré Daumier__ a été emprisonné, à cause de cette caricature, durant 6 mois dont plusieurs dans un asile d’aliénés.

Nous sommes actuellement au XXI siècle, nous ne sommes plus sous le joug de la monarchie :

Ainsi, en mai 2014, il est sorti un film dénommé  » Caricaturistes » – fantassins de la démocratie

avec 12 fous formidables (dont Cabu), drôles et tragiques, des quatre coins du monde, des caricaturistes qui défendent la démocratie en s’amusant, avec comme seule arme, un crayon, au risque de leurs vies. Ils sont: français, tunisiens, russes, mexicains, américains, burkinabés, chinois, algériens, ivoiriens, vénézuéliens, israéliens et palestiniens.

Voici une de leurs caricatures :

leçon sur la caricature du centre d'enseignement du français
Caricaturistes : affiches d’un collectif dont Cabu

Mais aujourd’hui; la grande question est de savoir si en 2015, les caricaturistes peuvent encore dessiner en toute liberté, comme l’a fait Charlie Hebdo depuis 1969. :

Leçon sur la caricature de Béatrice Monge
Peut-on rire de tout ?

Car nous le savons tous que l’hebdomadaire » satirique’‘ a été la cible de menaces et d’un incendie criminel après la publication de caricatures de Mahomet en 2006. Malgré tout, ils n’ont jamais hésité à publier des dessins provocateurs, et de se moquer de tout : des hommes politiques, des religions, des stars en tout genre… La preuve en images.

Hommage à cabu

Et aujourd’hui, qu’en-est-il, les caricaturistes doivent-ils se censurer ???

L’oasis de Ksar Ghilane

Cet extrait correspond à l’arrivée dans l’oasis de Ksar Ghilane, c’est-à-dire à la fin de la randonnée que j’ai faite dans le Grand Erg Oriental.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour lire la première partie de l’extrait : c’est ici

Cet extrait correspond à l’arrivée dans l’oasis de Ksar Ghilane, c’est-à-dire à la fin de la randonnée que j’ai faite dans le Grand Erg Oriental.


Aujourd’hui, c’est notre dernier jour dans le désert, pourtant aucun d’entre nous n’y fait allusion. Le langage ne sert à rien pour exprimer ce que chacun ressent lorsque survient ce dernier jour. Cela se respire, se flaire, se hume.

Car aujourd’hui, alors que nous allons depuis tôt ce matin vers l’oasis et la source thermale chaude (33°) de Ksar Ghilane, point ultime de notre marche, je sens une métamorphose – à peine perceptible pour certains – dans la manière d’être de chacun. L’harmonie est rompue ou plutôt est-elle seulement fragilisée. Même les chameliers ont momentanément perdu leur jovialité et semblent subitement bien épuisés.

Durant un laps de temps, je persiste à ne regarder que le désert derrière moi.

Je résiste à l’appel du couchant, aux émanations troublantes de l’humanité, à la vision de la palmeraie et à son tapis de fleurs jaunes.

Je ne veux pas trouver cette oasis attrayante. Je ne veux pas m’enthousiasmer. Et pourtant, le lieu est plaisant, il y des tamaris, des palmiers- dattiers de toutes tailles, des arbres fruitiers, de l’ombre, de l’herbe verte, la fameuse source d’eau chaude, et à un quart d’heure, un petit fort romain à l’abandon.

Seul le lieu est méconnaissable. De sable fin et souple, l’endroit est devenu sable tassé et endurci, végétaux, odeurs, champs, plantations, canaux d’irrigation, puis lieu de villégiature avec campements, tentes bédouines et douches, cafés, boutiques de souvenirs, constructions diverses, chaises et tables en plastique, touristes, cyclistes, joggers et employés. Et tout ceci grâce à la volonté d’une poignée d’hommes français et de l’un en particulier (m’a-t-on dit) durant plusieurs années.

Nous déposons nos affaires sous un palmier majestueux, les dromadaires s’assoient à l’ombre, les chameliers sortent, comme à leur habitude, de la nourriture, des plats, des couvertures des sacs.

A sa suite, nous empruntons alors une large, longue et poussiéreuse allée que nous longeons sur plusieurs centaines de mètres sans apercevoir la source.

Le soleil brûle cette allée plus qu’aucun recoin de l’Erg franchi ces derniers jours. C’est la fournaise.

En sueur et cuits à vif, nous arrivons enfin à ce qui ressemble à une mare. D’un vert émeraude assez soutenu, elle est ronde et creusée dans la terre.

On m’a appris que cette source était à la même température toute l’année et que l’hiver, l’eau fumait (puisqu’elle est bien plus chaude que la température extérieure).

La source est bordée sur tout un côté de tables de café et d’une ou deux échoppes pour touristes. Quelques hommes sont assis, d’autres se baignent, d’autres discutent en buvant un thé.

Enfiler un maillot de bain dans ces conditions ne paraît pas aisé. Et bien voilà, ça y est, je suis en maillot une pièce et pieds nus, je franchis les quelques mètres qui me séparent de l’eau salvatrice. Je devine des regards posés sur mes hanches, je les devine en train de remonter sur ma taille, sur mes épaules et enfin sur mes cheveux.

Mon corps a disparu dans l’opacité, fusionnant avec l’élément dès la première complicité. Palper le chaud liquide, ébaucher quelques brasses, se sentir aérien et agile comme une anguille dans son milieu naturel, tout cela éclipse le malaise du départ prochain.

Cependant la fin de cette baignade est proche.

Oh ! Je n’avais pas encore remarqué la présence du conteur. Et pourtant, il est à côté de moi, il s’est baigné, il s’essuie. D’où peut-il bien sortir ?….

Cours d'expression écrite à Vic la Gardiole

Ecrit par Béatrice M

Si vous désirez lire ce récit de voyage en entier, prière de s’inscrire  dans le formulaire de contact pour me le faire savoir ! Merci.

Randonnée chamelière dans le Grand Erg Oriental en Tunisie

J’ai fait un voyage en Tunisie en 2004. Les passages choisis ici correspondent à des extraits de mon magnifique périple de six jours à travers le grang Erg Oriental. Outre la beauté saisissante du paysage, nous étions amenés à déposer par écrits nos impressions. De cette activité est née mon récit de voyage, que j’ai illustré de 17 aquarelles.

Récit de voyage de Béatrice Monge

J’ai fait un voyage en Tunisie en 2004. Les passages choisis  ici correspondent à des extraits de mon magnifique périple de six jours à travers le grand Erg Oriental. Outre la beauté saisissante du paysage, nous étions amenés à déposer par écrits nos impressions. De cette activité est née mon récit de voyage, que j’ai illustré de 17 aquarelles.

J’avais pris l’avion à Paris direction Djerba. De Djerba, des voitures nous attendaient.Direction Matmata, Douz et le désert !

ob_042449_images
Le grand erg oriental, couleurs du matin

Arrivée dans le désert – partie 1

Nos accompagnateurs s’affairent, ils descendent nos sacs lourds et volumineux des voitures, tandis que les uns et les autres, nous nous efforçons d’enrouler nos chèches colorés autour de la tête. Certains y arrivent très vite, ils se sont déjà entraînés, d’autres comme moi doivent s’y reprendre à maintes reprises. Mais personne ne les rejette. Peut-être parce qu’ils font partie du contexte, du lieu et de la chaleur et il est conseillé dans le désert de se protéger des rayons ardents du soleil et peut-être aussi cela amuse-t-il certains de faire des effets de style.

La marche vers l’inconnu, notre périple de cinq jours va débuter et pour la première fois depuis des semaines, peut-être des mois, je n’ai qu’une chose à faire, m’émerveiller des choses qui se déroulent sous mes yeux. Je sais que j’ai le temps, que les repas pris tous ensemble autour du feu donneront une saveur nouvelle aux aliments et que les nuits seront fraîches et remplies d’ombres qui glisseront sur la dune.


Notre marche débute – partie 2

Rapidement les derniers petits sacs et couvertures sont ramassés. La marche à travers le désert va pouvoir enfin débuter. La caravane se prépare. Une brise se lève.

Je n’ose pas le croire, mes pas, immédiatement, emboîtent ceux d’un dromadaire. Je suis sa cadence silencieuse et son odeur âcre. Je suis emportée, comme soulevée vers cette palette d’or et de grains qui sature l’espace, extrême dans ses pleins, ombrée dans ses recoins, ondulante dans ses mouvements. Des grains qui roulent sous un vent invisible, sous la patte du temps et des animaux. Des particules unifiées où l’œil s’égare. Un océan de sable, de montagnes, de vallons.

J’aurais envie de me réfugier dans un creux et de m’enfoncer dans la chaude profondeur, mais je poursuis la marche, inlassablement, sans toutefois réussir à parcourir la distance que le désert installe entre lui et moi, sans arriver à comprendre le mystère de l’attraction, cet envoûtement du rien ou du presque rien, la rareté d’une plante grasse, la solitude du bédouin. Je relie les points, identiques et différents à la fois, assoiffée de jours et de nuits dans le Sahara sans fin…….

.. Plusieurs heures ont passé. et même la première nuit…partie 3

Il est six heures du matin. Généralement, à cette heure, en France, je n’arrive pas à me lever. Là, je suis remplie d’enthousiasme. J’ai hâte de rejoindre les chameliers, le feu qu’ils ont déjà allumé, et de franchir pas à pas et une à une les dunes qui paraissent si accessibles en leur présence.

Aussitôt, on me fait signe de me servir. Au menu, du pain confectionné comme la veille, je le suppose par Ibrahim, de la marmelade de coing, de l’huile dans le creux d’une assiette et du thé ou du café. Tout ceci est posé sur la couverture étendue sur le sol comme la veille au soir. Youssef verse du thé dans mon verre. Le pain est chaud, bien moelleux. Le thé est fade, il a même plutôt mauvais goût. L’huile, je la laisse de côté.

Toutes mes affaires sont rangées dans mon sac trop rempli et trop lourd, je viens de m’en apercevoir. Nous sommes sur le point de partir….

Des dromadaires qui courent dans le désert du matin, une image inoubliable – partie 4!

Pour lever le camp, ne manque plus qu’Ibrahim. Il est parti chercher ses dromadaires, il a disparu, longtemps, très longtemps.

Ah ! Le voilà ! Au loin, j’aperçois un cavalier qui galope à vive allure sur une monture peu ordinaire. Derrière lui courent deux autres dromadaires attachés au sien. Ils balaient le sable qui s’envole autour d’eux. Le corps du chamelier se soulève fièrement, voltigeant sur sa monture.

Dans sa course, l’animal est souple, aérien, adroit, élégant. L’homme est léger, attendri, affectueux. L’un et l’autre, l’un sur l’autre, ils constituent un spectacle saisissant de liberté et d’amour de liberté. Rien ne peut les arrêter dans cet espace nu, rien.

Il est descendu de sa monture. Dans son visage éclate son épanouissement intérieur. Il se presse à peine mais sa puissance est telle qu’en peu de temps, les derniers sacs sont chargés et la caravane est prête à s’enfouir dans les sables.

Mais Depuis tout à l’heure, un dromadaire m’examine avec un air légèrement désinvolte…..

Récit de voyage rédigé par Béatrice M

Lire une suite ...et aller vers l’oasis de Ksar Ghilane..

Récit de voyage centr d'accompagnement en francais
Le grand erg oriental, couleurs chatoyantes de fin de journée

Analyse de Germinal de Zola

Travail d’analyse pour les lycéens en classes de seconde et première :

Nous nous demandons tous à l’approche d’un contrôle de connaissances, d’un Analyse de Germinal de Zola ou des épreuves du bac anticipé de français si nous allons nous poser toutes les bonnes questions et surtout si nous allons savoir approfondir notre analyse convenablement.

Afin de vous y aider,  voici  une analyse de l’incipit  de Germinal de Zola (romancier réaliste et naturaliste) publié en 1885,  avec quelques rappels de questions :

Analyse de Germinal de Zola

Travail d’analyse du livre Germinal  d’Emile Zola pour les lycéens en classes de seconde et première :

Nous nous demandons tous à l’approche d’un contrôle de connaissances, d’une analyse de textes, par exemple de Germinal de Zola ou des épreuves du bac anticipé de français si nous allons nous poser toutes les bonnes questions et surtout si nous allons savoir approfondir notre analyse convenablement.


Afin de vous y aider,  voici  une analyse de l’incipit  de Germinal de Zola (romancier réaliste et naturaliste) publié en 1885,  avec quelques rappels de questions :

Qu’évoque ce roman de zola ?

Les luttes sociales de la fin du 2eme empire et les événements de 1880 à 1884.

Quelles sont les intentions conscientes de Zola dans cet incipit ?

Zola cherche certainement à nous intriguer (personnage anonyme, pourquoi cet homme entreprend ce voyage en plein coeur de la nuit ?, atmosphère sombre et hostile, quelle est l’identité et le passé du personnage ? ) et à nous émouvoir (l’homme n’est pas couvert et démuni, il est faible et souffrant des mains, sans emploi et sans gîte,..)

 Quels sont les procédés  d’écriture employés par Zola pour nous intriguer et nous émouvoir 

Les procédés lexicaux: 

Reproduction fidèle de la réalité dans la description du lieu avec un vocabulaire (péjoratif ou dépréciatif) riche et imagé avec beaucoup d’informations sur le décor (extérieur, plaine, grande route de Marchiennes, paysage industriel, horizontalité des bâtiments, voix ferrée, talus…. ), les circonstances avec beaucoup de marqueurs spatio-temporels (c’est le mois de mars, vers 2h du matin, depuis 1 heure, sous la nuit sans étoiles, des rafales glacées,..) et d’adjectifs qualificatifs  (rase, noir, creux, immense, aminci, glacés, douloureux..), les compléments circonstanciels, les adverbes, les mouvements ou vers d’action,

Puis vision fantastique : l’enfer minier, obscurité du paysage, vision de l’enfer, symboles de la mort, animalisation du paysage, impression d’étouffement,

 Le point de vue ou focalisation :

la description du début se fait d’un oeil externe, objectif, puis glissement de point de vue :  description de Montsou d’un point de vue interne (vision subjective de l’homme qui a l’espoir de se chauffer les mains).

 Procédés stylistiques :

Nombreux contrastes et antithèses : la nuit glaciale et le ciel mort avec des feux qui brûlent pareils à des lunes fumeuses (métaphore), les feux en plein air (et si haut) avec des constructions basses et écrasées,  lanternes pendues alors que la respiration monte.

La personnification  (le vent est assimilé à un fouet avec les lanières du vent) et de la bâtisse (avec sa respiration grosse et longue)

Nombreuses comparaisons ou analogies : la plaine est vue comme une mer, le pavé à une jetée, le vent glacé aux embruns,

Hyperboles ou exagération : le lieu se transforme en la vision d’un monstre, la fosse devient un personnage.

et nous terminons cette analyse non exhaustive avec 

cette belle Oxymore : des ombres vivantes.

téléchargement

Germinal – Zola – Extrait de la première partie chapitre 1

Dans la plaine rase, sous la nuit sans étoiles, d’une obscurité et d’une épaisseur d’encre, un homme suivait seul la grande route de Marchiennes à Montsou, dix kilomètres de pavé coupant tout droit, à travers les champs de betteraves. Devant lui, il ne voyait même pas le sol noir, et il n’avait la sensation de l’immense horizon plat que par les souffles du vent de mars, des rafales larges comme sur une mer, glacées d’avoir balayé des lieues de marais et de terres nues. Aucune ombre d’arbre ne tachait le ciel, le pavé se déroulait avec la rectitude d’une jetée, au milieu de l’embrun aveuglant des ténèbres.
L’homme était parti de Marchiennes vers deux heures. Il marchait d’un pas allongé, grelottant sous le coton aminci de sa veste et de son pantalon de velours. Un petit paquet, noué dans un mouchoir à carreaux, le gênait beaucoup ; et il le serrait contre ses flancs, tantôt d’un coude, tantôt de l’autre, pour glisser au fond de ses poches les deux mains à la fois, des mains gourdes que les lanières du vent d’est faisaient saigner. Une seule idée occupait sa tête vide d’ouvrier sans travail et sans gîte, l’espoir que le froid serait moins vif après le lever du jour. Depuis une heure, il avançait ainsi, lorsque sur la gauche à deux kilomètres de Montsou, il aperçut des feux rouges, trois brasiers brûlant au plein air, et comme suspendus. D’abord, il hésita, pris de crainte ; puis, il ne put résister au besoin douloureux de se chauffer un instant les mains.
Un chemin creux s’enfonçait. Tout disparut. L’homme avait à droite une palissade, quelque mur de grosses planches fermant une voie ferrée ; tandis qu’un talus d’herbe s’élevait à gauche, surmonté de pignons confus, d’une vision de village aux toitures basses et uniformes.
Il fit environ deux cents pas. Brusquement, à un coude du chemin, les feux reparurent près de lui, sans qu’il comprît davantage comment ils brûlaient si haut dans le ciel mort, pareils à des lunes fumeuses. Mais, au ras du sol, un autre spectacle venait de l’arrêter. C’était une masse lourde, un tas écrasé de constructions, d’où se dressait la silhouette d’une cheminée d’usine ; de rares lueurs sortaient des fenêtres encrassées, cinq ou six lanternes tristes étaient pendues dehors, à des charpentes dont les bois noircis alignaient vaguement des profils de tréteaux gigantesques ; et, de cette apparition fantastique, noyée de nuit et de fumée, une seule voix montait, la respiration grosse et longue d’un échappement de vapeur, qu’on ne voyait point.


Si vous appréciez ce site, abonnez-vous,

mettez des likes et des commentaires , merci !

 

Pourquoi avons-nous parlé de Voltaire en 07 janvier 2015 ?

« Le fanatisme est à la superstition ce que le transport est à la fièvre, ce que la rage est à la colère. Celui qui a des extases, des visions, qui prend des songes pour des réalités, et ses imaginations pour des prophéties, est un fanatique novice qui donne de grandes espérances; il pourra bientôt tuer pour l’amour de Dieu.

Pourquoi avons-nous parlé de Voltaire en 07 janvier 2015 ?

 

Nous avons parlé de Voltaire le 07 janvier 2015, car  au soir, des autels à la liberté d’expression sont apparus, place de la République à Paris comme devant le siège de Charlie Hebdo. Des dessins, des bougies, des fleurs et quantité d’hommages aux victimes et d’appels aux valeurs républicaines.

Au milieu, Voltaire  avec des exemplaires, surtout, du Traité sur la tolérance, publié en 1763 et redevenu brutalement actuel.

 Faisons tout d’abord un petit rappel sur Voltaire !

François-Marie Arouet, dit Voltaire, est né le 21 novembre 1694 à Paris, ville où il est mort le 30 mai 1778. C’est un écrivain et philosophe français qui a marqué le XVIIIᵉ siècle.

Cours de français à Vic la Gardiole/ frontignan
Pour en savoir plus sur Voltaire, vous pouvez vous abonner à ce site et recevoir toutes les informations et parutions de nouveaux articles.

Il est considéré comme « l’homme universel » et le champion de la tolérance. Comme écrivain, Voltaire a abordé tous les genres et tous les sujets avec une  intelligence remarquable.  Ce polémiste de génie se voulait essentiellement un moraliste. Professant un déisme garanti par la raison et utile à la société, il propose un bonheur terrestre autant que la nature humaine le comporte et affirme sa foi en une morale altruiste et une civilisation perfectible.

« Si tout n’est pas bien, tout est passable ».

Voici un extrait de son article « Fanatisme », Voltaire, Dictionnaire philosophique portatif, 1764

« Le fanatisme est à la superstition ce que le transport est à la fièvre, ce que la rage est à la colère. Celui qui a des extases, des visions, qui prend des songes pour des réalités, et ses imaginations pour des prophéties, est un fanatique novice qui donne de grandes espérances; il pourra bientôt tuer pour l’amour de Dieu.

Il n’est d’autre remède à cette maladie épidémique que l‘esprit philosophique, qui, répandu de proche en proche, adoucit enfin les moeurs des hommes, et qui prévient les accès du mal; car dès que ce mal fait des progrès, il faut fuir et attendre que l’air soit purifié. Les lois et la religion ne suffisent, pas contre la peste des âmes; la religion, loin d’être pour elles un aliment salutaire, se tourne en poison dans les cerveaux infectés.

Un autre extrait du dictionnaire philosophique «  Guerre« 

Il se trouve à la fois cinq ou six puissances belligérantes (…), se détestant toutes également les unes les autres, s’unissant et s’attaquant tout à tour ; toutes d’accord en un seul point, celui de faire tout le mal possible. Le merveilleux de cette entreprise infernale, c’est que chaque chef des meurtriers fait bénir ses drapeaux et invoque Dieu solennellement avant d’aller exterminer son prochain.. .

Que constatons-nous ?

  1. Si ces propos ont été écrits dans la situation qui régnait à l’époque de Voltaire, ils peuvent également s’appliquer à notre époque, d’où leur dimension universelle.
  2. Voltaire utilisait un lexique très dévalorisant pour condamner la guerre
  3. L’expression  » entreprise infernale » est une entreprise digne des enfers qui consiste à « exterminer son prochain« .

Voltaire parle du rôle de la religion dans un réquisitoire véhément : violence, cruauté, vénalité, voilà ce qui pour lui caractérise la guerre.

Qu’en penser ?

1764-2015-2016-2017 : mon avis : l’humanité n’a pas progressé, c’est un triste constat !!

Et vous qu’en pensez-vous ?