Skip to content
Publicités

L’accord du participe passé : du plus facile au plus difficile


L’accord du participe passé: du plus facile au plus difficile

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

  • Quand il est employé comme adjectif épithète ou attribut, le participe passé s‘accorde en genre et en nombre avec le sujet auquel il se rapporte

Exemple : un être aimé / des tâches finies


Avec l’auxilliaire « avoir »

  • Si le C.O.D. est placé après le participe passé
    Le participe passé employé avec le verbe avoir ne s’accorde pas avec son C.O.D. lorsque ce C.O.D. est placé après le verbe.
    Exemple : Les petits enfants ont cueilli des fleurs. 
    -> Le C.O.D. « des fleurs » est placé après le participe passé. -> Pas d’accord du participe passé.

 

  • Le COD ne peut se trouver placé avant le verbe dans les trois cas suivants  :

Dans une proposition relative introduite par que  :

Les personnes que Sylvie avait rencontrées étaient tout à fait charmantes.

Dans une phrase interrogative : lorsque l’interrogation porte sur le nom (ou le pronom) complément d’objet direct, celui-ci est nécessairement placé au début de la proposition :

Combien d’occasions (COD) elle (sujet) avait manquées.

  • Si le COD est un pronom personnel : celui-ci est toujours placé devant le verbe. Ce pronom peut être l’ (le ou la) ou bien les (représentant un nom masculin ou féminin).

Les chauffeurs avaient garé les camions sans les avoir déchargés.


S’il y a un COI :

  • On identifie un COI en se posant la question A QUOI, A QUI, DE QUOI, DE QUI
  • Avec un COI, il ne faut faire aucun accord lorsqu’il est placé avant le verbe.

Exemple : Il lui a demandé (à sa femme), si elle partait faire les courses. Lui est COI, donc pas d’accord à  » demandé.


08ec89f041508ec7cd34ed6c4acc4315


L’accord du participe passé suivi d’un verbe à l’infinitif

  • Pour savoir si le participe passé s’accorde ou non, il faut identifier le sujet du verbe à l’infinitif. 

A. Le sujet fait l’action indiquée par l’infinitif
Si le sujet fait l’action indiquée par l’infinitif, le participe passé s’accorde.
Exemple : Corinne, que j’ai observée coudre.
-> C’est Corinne qui réalise l’action de coudre.
-> On accorde donc le participe passé qui précède l’infinitif.

 B. Le sujet subit l’action indiquée par l’infinitif

Si le sujet subit l’action indiquée par l’infinitif, le participe passé ne s’accorde pas.

Exemple : La musique que j’ai entendu  (on ne peut pas intercalier en train de jouer).
-> La musique est jouée, mais elle ne « joue » pas.
-> La musique n’est pas le sujet du verbe jouer.
-> Pas d’accord du participe passé qui le précède.

 


L’accord du participe passé « fait » devant un infinitif

  • Si le participe passé « fait » est placé devant un infinitif, alors il reste invariable et ne s’accorde pas avec son sujet, même si celui-ci est placé devant.

Cette règle s’applique avec l’auxiliaire avoir, et avec l’auxiliaire être dans le cadre d’une forme pronominale.
Exemples avec l’auxiliaire avoir : Elle les a fait déjeuner. / La quiche que j’ai fait cuire.
Exemple avec l’auxiliaire être : Les tricheuses se sont fait gronder.

Sinon, Le participe passé « FAIT » suit la règle générale et s’accorde avec le COD placé avant.

Exemple : ils vont expier les fautes qu’ils ont faites.

  • Pour l’accord du participe passé laissé devant un infinitif, les avis sont partagés : certains estiment que ce participe passé reste invariable (comme pour la règle qui s’applique au participe passé fait devant un infinitif), d’autres optent pour son accord en genre et en nombre avec son sujet.

Exemple avec l’auxiliaire avoir :
La jeune fille que j’ai laissé(e) conduire.


L’accord du participe passé précédé de « en »

 A. Si en est C.O.D. 
Si en est C.O.D., on considère alors qu’il n’a ni genre, ni nombre. Le participe passé qui le suit ne s’accorde pas.
Exemples : Des bonbons ? Il en a mangé beaucoup ! / De ces bonbons, combien en avez-vous mangé? / De ces bonbons, j’en ai beaucoup mangé.

 B. Si en est C.O.I.
Si en est C.O.I., il peut alors être supprimé sans affecter le sens de la phrase. Le participe passé s’accorde alors avec son C.O.D..
Exemple : Ce manteau a eu un grand succès commercial : les copies qu’on en a faites sont nombreuses.


L’accord du participe passé des verbes coûter, valoir, vivre, peser, marcher, plaire, courir..

  • Verbes intransitifs au sens propre
    Ces verbes ont la particularité d’être intransitifs au sens propre, donc avec un participe passé invariable. Ils sont alors accompagnés de compléments circonstanciels, à ne pas confondre avec des C.O.D.
    Exemples :
    Les quatre mille euros que cette réparation m’a coûté. -> Combien m’a coûté la réparation ?
    La fortune que ces achats ont valu. -> Combien ont valu ces achats ?
    Les kilos que ce paquet a pesé. -> Combien de kilos a pesé ce paquet ?
    Les heures que j’ai couru. -> Combien d’heures…?
    Les quarante années que j’ai vécu. -> Combien d’années… ?

                   L’accord du participe passé des verbes pronominaux

Les cas d’accord
1. Le participe passé s’accorde avec le sujet du verbe, lorsque le sujet fait l’action sur lui même.
Exemples : Ils se sont aperçus de leur erreur. / Ils se sont lavés. / Ils se sont battus.

2. Le participe passé s’accorde avec son C.O.D en genre et en nombre lorsque le C.O.D. précède le verbe (même règle qu’avec l’auxiliaire avoir).
Exemples : les mains qu’ils se sont lavées / les lettres qu’ils se sont écrites/ les billets qu’ils se sont répartis.

3.Les cas de non-accord
1. Le participe passé ne s’accorde pas lorsque C.O.D. suit le verbe.
Exemples : Ils se sont lavé les mains. / Ils se sont écrit des lettres./ Ils se sont réparti tous les billets.

2. Le participe passé ne s’accorde pas lorsque le verbe pronominal réfléchi ou réciproque admet un C.O.I.

Avec le verbe  » Permettre » :

«Quand ‘permettre’ est à la forme pronominale, les pronoms compléments «me», «te», «se», «nous» ou «vous» sont indirects et ne commandent donc pas l’accord.»

Exemple:

«Elle s’est permis d’étonnantes remarques.»

En revanche, si le COD est placé devant le verbe, le participe passé de «permettre» se termine par un «e».

Exemple: «L’intervention qu’il s’est permise.»

Les participes passés des verbes suivants sont invariables :
se plaire, se complaire, se déplaire, se rire, se convenir, se nuire, se mentir, s’en vouloir, se ressembler, se sourire, se suffire, se survivre.

Exemples : Ils se sont plu. / Ils se sont déplu dans cet appartement. / Elles se sont ri de son erreur.

 


 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :